La couche d'ozone s'est visiblement améliorée grâce aux mesures européennes

 

Au début des années 1990, les autorités européennes avaient déjà interdit les chlorofluorocarbones (CFC) comme propulseurs à l'origine du trou dans la couche d'ozone. Grâce à ces mesures, le trou de la couche d'ozone s'est visiblement amélioré aujourd'hui. Néanmoins, il est important d'être vigilant, car les produits illégaux peuvent toujours contenir des produits chimiques nocifs.

aerosol cfk

Le trou dans la couche d'ozone est un problème bien connu qui préoccupe encore les gens aujourd'hui. À juste titre, car la couche d'ozone a une fonction importante car elle protège contre les rayons UV potentiellement nocifs. C'est pourquoi le protocole de Montréal - un accord international pour la protection de la couche d'ozone - a été signé dès 1987. À la suite de cet accord, les autorités européennes ont interdit en 1994 l'utilisation de CFC qui contribuaient à causer le trou dans la couche d'ozone. Grâce à ces mesures, l'écart est désormais pratiquement comblé.

Au cours des dernières décennies, le trou d'ozone a systématiquement diminué, à quelques exceptions près. En 2019, il était encore question d'un trou exceptionnellement petit et peu profond. Par contre, en 2020, le trou d'ozone au-dessus de l'Antarctique aura atteint sa taille maximale. L'une des raisons en est les conditions météorologiques dans la région, en particulier le froid exceptionnel. En 2020, la température en Antarctique était la plus basse depuis 2003, ce qui a entraîné un trou inhabituellement grand dans la couche d'ozone. Une deuxième explication à l'augmentation du trou de la couche d'ozone cette année-là réside dans l'utilisation illégale de certains propulseurs, qui sont en fait interdits depuis longtemps.

Attention aux produits illégaux

Il existe encore parfois un malentendu au sein de la population sur le fait que certains produits chimiques nocifs pour la couche d'ozone sont utilisés dans les aérosols. Cependant, l'industrie des aérosols n'utilise plus les propulseurs nocifs (CFC) depuis plus d'un quart de siècle. Ces CFC (chlorofluorocarbures) sont totalement interdits en Europe depuis des décennies. En d'autres termes, les aérosols disponibles sur le marché européen aujourd'hui ne peuvent tout simplement pas contenir de propulseurs susceptibles d'endommager la couche d'ozone.

Un autre problème est que des produits potentiellement illégaux entrent sur le marché européen, par exemple par des achats en ligne, qui contiennent des substances interdites en Europe. Les consommateurs feraient bien de toujours acheter des produits dans le circuit régulier, où l'origine des produits est connue. En achetant des aérosols qui sont légalement mis sur le marché européen et/ou produits en Europe, on s'assure que le produit est conforme à toute la législation et ne nuit pas à la couche d'ozone.

Plus d'informations sur l'interdiction des CFC : http://be-aerosols.be/fr/l-industrie-des-aerosols-n-utilise-pas-de-cfc-comme-gaz-propulseur